ESPAÑOL | EUSKARA | CATALÁ | ENGLISH | FRANÇAIS | ITALIANO | NEDERLANDS | DEUTSCH

HOME
PARTAGER SUR:
Links
Reserva online

À VOIR

 

 

La Navarre est déjà en soi un musée en plein air. L’art, le passage du temps et la richesse de ses paysages peuvent s’apprécier à tout moment. Cependant, il existe également en Navarre de très beaux musées, sans compter le futur Musée d’Art Contemporain, projet mis en oeuvre par le Gouvernement de Navarre.

 

Le plus important de tous est sans doute le Musée de Navarre. Situé en plein centre de Pampelune, au-dessus de la Cuesta de Santo Domingo,

ce bâtiment fut anciennement l’Hôpital de Nuestra Señora de la Misericordia. On peut encore le voir sur sa façade et sur sa chapelle du XVIº siècle.

A l’intérieur, on trouve toute sorte d’art, toujours lié à la Navarre, depuis l’archéologie jusqu'à ce qu’on peut imaginer de plus futuriste. Ses salles présentent des expositions permanentes et des expositions temporaires. Cependant, on pourra en toute saison apprécier les collections romaines, arabes et romanes. Voici quelques-unes des perles de ce musée: les portraits du Marquis de San Adrián, de Goya et Moratín, de Luis Paret, le spectaculaire coffret hispano-arabe datant de 1005 provenant du Monastère de Leire, ainsi qu’une splendide mosaïque représentant Thésée et le Minotaure.

 

La Cathédrale de Pampelune possède également un sensationnel Musée Diocésain auquel on accède par le rue Dormitalería. Il a été installé dans l’ancien réfectoire, dans la cuisine, dont on peut apprécier sa voûte pyramidale, et dans le cellier.La visite nous conduira également au magnifique cloître gothique de la cathédrale, à la Chapelle Barbazana et au reste de la Cathédrale.

Le musée proprement dit conserve de très beaux exemplaires d’art sacré composé d’images de Marie, de pièces d’orfèvrerie, de reliquaires gothiques du Santo Sepulcro et du Lignum Crucis, le reliquaire de la Santa Espina du XVº siècle, l’ostensoir du Corpus et sa niche, et des croix provenant de différentes paroisses. Parmi les œuvres picturales, on retiendra le retable de Peralta de Van Dyck.

 

À Corella, on peut visiter le Musée de l’Incarnation, situé dans le Monastère du même nom, qui date de 1659. On pourra y apprécier de l’art sacré de la Renaissance et du Baroque, principalement axé sur l’œuvre du peintre Antonio González Ruiz né en 1711 et disparu en 1788. Il parvint à être le premier directeur de Peinture de la Real Academia de Nobles Artes de San Fernando. Quelques-unes de ses œuvres remarquables sont las Noces Mystiques de Sainte Gertrude et le Martyre de Saint Placide de Claudio Coello, le buste de Saint Pierre Nolasco de Pier Antonio Colici et une Apothéose du Christ de Corrado Giacquinto.

 

Au Musée de Roncevaux, on pourra apprécier de véritables œuvres d’art sacré qui se trouvaient, à l’époque, dans la Real Colegiata de Santa María. La collection d’orfèvrerie est particulièrement belle, mais on peut également signaler l’Évangéliaire roman en argent, un coffret en argent doré, le reliquaire du jeu d’échec de Charlemagne datant du milieu du XIVº siècle, et l’émeraude de Miramamolín, qui fait remonter à l’époque de la Bataille des Navas de Tolosa. Parmi les œuvres picturales, on remarquera celle de l’École du Bosco, le Triptyque du Calvaire et la Famille Sacrée de saint Jean, de Luis de Morales.

 

On pourra également voir de l’art sacré au Musée du Monastère de Tulebras, spécialisé dans les XVIº, XVIIº et XVIIIº siècles. Outre la possibilité de visiter la tour romaine dans laquelle on garde encore des objets de valeur archéologique, on pourra admirer des pièces d’une grande richesse artistique, comme la Vierge de la Cama, sculpture baroque, et le retable de la Dormition de la Vierge et la table de la Sainte Trinité de Jerónimo Cosida.

 

Le Musée Gustavo de Maeztu se trouve à Estella, dans ce qui fut le Palais des Rois de Navarre, ou Palais des Ducs de Granada de Ega. Le bâtiment en lui-même mérite le détour. C’est un bâtiment roman, qui conserve un chapiteau historique racontant la bataille du mythique Roland contre le géant Ferragut.

Les œuvres que nous pouvons y contempler sont de l’habitant d’Ega, écrivain et peintre, Gustavo de Maeztu et Whitney (1887 - 1947). Ses peintures sont des femmes, des natures mortes, des portraits, des paysages, et illustrent aussi une partie des recherches que cet artiste avait entamées.

 

Le Musée Ethnographique d’Arteta nous fera reculer vers des temps anciens de la Navarre, à travers des biens aujourd’hui oubliés. Outils d’artisans du fer, de la terre ou du bois, vêtements, outils de labour... Tout cela dans l’ancienne maison de Fanticorena, qui date de 1668. Pour cette maison, le musée vaut déjà le détour. Son directeur et fondateur est le célèbre sculpteur José Ulibarrena.

 

Une autre exposition très originale, particulièrement pour les amateurs de chemin de fer, est celle de Castejón, située à côté de la gare de trains. On y découvre des trains d’autres époques et même un chariot de pompiers de 1824, des réverbères d’autrefois, et des photographies de trains et de gares.

 

Si l’on visite Pampelune, il ne faut pas manquer d’aller faire un tour au Planétarium, où l’on pourra également voir les expositions actuellement présentes dans ses salles, et une projection consacrée au monde de l’espace sur une grande coupole de 20 mètres de diamètre, qui reçoit l’image de 70 projecteurs dirigés vers les étoiles. Il parvient à capter 9000 étoiles.

 

D’autres musées ou lieux d’intérêt cités dans nos circuits sont la Maison-Musée Julián Gayarre à Roncal, la visite de l’Ermitage d’Eunate, le Château de Javier ou d’Olite, l’ensemble intra-muros de Rada, ou l’écomusée du Moulin de Zubieta, l’exposition située dans le Domaine de Bértiz, et, à Tabar, le musée de la famille Pérez de Rada. A Pampelune, à l’Université de Navarre, se trouve le legs photographique d’Ortiz-Echagüe et le Musée des Sciences Naturelles, avec plus de 6000 pièces. Dans la rue Mercado, on trouve le Musée Pablo Sarasate, et au numéro 12 de la rue san Fermín, une exposition sur la Vie Capucine. Enfin, à Petilla de Aragón, on peut connaître la maison natale du Prix Nobel Santiago Ramón y Cajal.

Catedral PAmplona Museo Navarra
Aviso Legal | Protección de Datos | Asociación de Campings de Navarra. C/Pedro I, 1-1º - info@campingsnavarra.com | Diseño ANET
FALLO